Passer au contenu

Ile de Ré : La batterie Karola

Un lieu caché de l’île de Ré

Certains lieux historiques restent mystérieusement inconnus du grand public. Peut-être parce qu’on ne les juge pas dignes d’intérêt, ou peut-être parce qu’ils sont attachés à une page trop sombre de notre histoire. Un de ces lieux se trouve caché au cœur d’une forêt sur l’Île de Ré, encerclé par la plage et les campings. Il s’agit d’un des centres de commandement du Mur de l’Atlantique, érigé par les allemands durant la Seconde Guerre Mondiale : la Batterie Karola.

La batterie Karola

Pourtant longtemps tenue au secret par l’armée qui s’en est servi durant de nombreuses années comme terrain d’entrainement, la Batterie Karola s’est dévoilée au fur et à mesure de mes visites successives.

D’abord silencieusement, caché dans les fourrés, à l’affut des chiens de l’armée qui venaient débusquer sans ménagement les curieux… Puis au fil du temps les soldats de faisant de moins en moins présents, mes visites se faisaient plus tranquillement.

La batterie Karola : un morceau d’histoire de l’île de ré

1942. Afin de protéger la base de sous-marins allemands de la Rochelle, le Troisième Reich lance la construction d’une batterie de canons à très longue portée (37km) sur l’Île de Ré. Ces canons sont commandés depuis une tour de 25m de haut (dont 7m souterrains) surmontée d’un télémètre, gigantesque instrument de mesure.

La tour de commandement de la batterie Karola

Autour de ce bâtiment dont il n’existe que deux modèles en France, sur plus de 35 hectares, on trouve de nombreux bunkers, baraquements, infirmerie, aumônerie, écurie, et même une incroyable salle de spectacles. Il s’agissait à l’époque d’un véritable village à part entière.

La batterie Karola aujourd’hui

L’état de certains bâtiments s’est détérioré au fil des années et des squatteurs plus ou moins respectueux des lieux. Mais il subsiste aujourd’hui encore des lieux remarquables compte tenu du contexte de leur construction :

La tour de commandement, bien sûr. Il m’a fallu patienter 30 ans avant de pouvoir enfin y pénétrer à la faveur d’une brèche dans la barricade !

La salle de spectacles (aujourd’hui condamnée) : il y a toujours un côté glaçant à imaginer comment les allemands tuaient l’ennui… en effet la base n’a eu à tirer qu’une seule fois à la fin de la guerre.

L’infirmerie, où l’inscription Krankenstube est encore bien visible.

L'infirmerie de la batterie Karola

Ce carrelage dessinant une gigantesque croix gammée au sol, peut-être le bâtiment de la Gestapo.

Une croix gammée à la batterie Karola

Ainsi que des nids à mitrailleuses et d’innombrables bunkers et tobrouks, parfois ensevelis sous le sable ou la végétation, parfois accessibles et révélant des enchevêtrements de câbles et mécanismes remarquablement conservés.

Un lieu de patrimoine de l’île de Ré à protéger

Classé comme site protégé en 2002, la batterie Karola a encore sans doute bien des secrets à révéler. Mais sans intervention de l’Etat pour sa conservation, ces vestiges ne seront bientôt plus qu’un souvenir…

Au fil de mes nombreuses visites, j’ai pu dessiner un plan des différentes installations visibles sur le terrain.

Un plan du site de la batterie karola

Si vous souhaitez en savoir plus sur la batterie Karola, et notamment avoir une description complète des bâtiments et ouvrages militaires du site, rendez vous sur ce post de forum très complet.

L'intérieur de la tour de commandement de la batterie karola

Soyez le Premier à Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :